Logo des Voitures et des Hommes

LE PROJET

SCARABEE D'OR

Histoire

Agenda

Partenaires

L'association

MEDIATHEQUE

Photos

Vidéos

Livres

Documentation

SUIVRE LE PROJET

Agenda

 

Facebook

Instagram

En octobre 1920, trois Citroën 10 HP de type A équipées du système d’autochenilles Kégresse furent présentées à André Citroën qui fut immédiatement conquis par le procédé.

 

Durant les deux années qui suivirent, différentes 10 HP furent équipées de ce système d’autochenilles et participèrent à des démonstrations publiques telles que le concours de chars de montagne de Mont Revard en Savoie (7 au 9 février 1021).

 

Le 20 septembre 1921, l’ascension de la dune du Pyla en Gironde fut réalisée par des autochenilles 10 HP.

 

Le 11 janvier 1922, une 10 HP équipée d’autochenilles fut présentée au service des Mines aux fins d’homologation. Le modèle passa le contrôle sans difficulté.

 

En février 1922, les autochenilles d’André Citroën participèrent à des concours de voitures à neige dans les Alpes et les Pyrénees.

 

Durant les premiers mois de 1922, la préparation de la traversée du désert permet de mettre au point les véhicules qui réaliseront cet exploit. 

 

LE VEHICULE   

Le Scarabée d’Or :

une Citroën B2 10 HP modèle K1

 

Les 5 véhicules Citroën B2 10 HP modèle K1 qui traversèrent le désert en décembre 1922 sont des modèles prélevés ses les chaines de production des usines Citroën qui ont été adaptés pour la traversée du désert.

 

Le châssis possède 4 traverses et pèse 800 kg à nu.

 

Le moteur est un 4 cylindre en ligne avec un alésage de 68 mm et une course de 100 mm. Sa cylindrée est de 1.452 cm3 pour une puissance de 20 ch à 2100 tours minutes.

 

Les 4 pistons sont en fonte et disposent chacun de 3 segments : 1 segment de feu, 1 segment d’étanchéité et 1 segment racleur.

 

Le bloc cylindre en fonte est amovible.

 

Le vilebrequin en acier est à 2 paliers et les manetons de bielle ont un diamètre de 45 mm.

 

Le volant moteur est en fonte et la circulation d’eau se fait par thermosiphon. Le circuit de refroidissement contient environ 11 litres de liquide.

 

La distribution se fait par pignon à denture hélicoïdale silencieuse.

 

L’arbre à cames est latéral ainsi que les soupapes. Les taquets de soupapes ont un jeu de 3/10èmes à l’admission et de 4/10ème à l’échappement.

 

L’alimentation se fait par carburateur horizontal Solex.

Des modifications sont apportées au système de refroidissement du moteur notamment par l’adjonction de deux radiateurs latéraux au radiateur principal et d’un condenseur au-dessus de ce dernier.

 

La boite de vitesse est à 3 rapports et le réducteur est accolé au pont arrière. La voiture possède un démultiplicateur spécifique pour la

 

Le frein au pied agit sur le différentiel et le frein à main agit sur les poulies motrices.

 

Le pont est suspendu au châssis et est relié à l’essieu porteur par des bielles.

 

Le propulseur à chenille est à entrainement négatif. Il possède 4 galets. La pression de la chenille sur le sol est de 300 à 400 g/cm².

 

La production des autochenilles Citroën s’établit à 8 véhicules en 1921 et 118 en 1922.

 

Ces données sont notamment issues du remarquable ouvrage Citroën 10 HP de M. Bernard LAURENT, qui est membre du comité technique et scientifique du projet « le Scarabée d’Or, un défi pour la jeunesse ».

 

Certaines sont issues du remarquable travail de synthèse de Monsieur Pascal Honegger et de la Krybedands Societetet.